Sclérose en plaque symptômes : comprendre la SEP

Cette maladie que l’on appelle SEP est la sclérose en plaques. Il s’agit d’une maladie qui s’avère difficile à vivre pour les patients, de par son aspect incurable. Il s’agit d’une affection qui touche le système nerveux central.

Elle va alors altérer les messages nerveux, au niveau du cerveau et de la moelle épinière, provoquant ainsi un certain nombre de symptômes qui sont difficiles à vivre pour les patients.

Cette maladie est chronique, et elle n’évolue pas de la même manière selon les patients. Si certains sont très touchés, en matière de sclérose en plaque évolution, et constateront des poussées fréquentes et rapides.

D’autres en revanche ressentiront des symptômes plus diffus, qui arriveront de manière moins rapide dans le temps.

C’est en 1868 que l’on a pour la toute première fois pu décrire la SEP, et c’est un neurologue français, Jean Martin Charcot qui en a fait la constatation.

C’est aussi pour cette raison que l’on surnomme cette affection la maladie de Charcot.

La maladie provoque des inflammations, et celles-ci vont alors détruire la gaine qui entoure les fibres nerveuses, que l’on appelle aussi la myéline.

C’est le système immunitaire qui s’en charge, puisque la maladie provoque une réaction auto-immune qui induira la destruction de la myéline. L’influx nerveux va alors être modifié, voire interrompu de manière définitive, expliquant la sclérose en plaque symptômes.

Quels sont les symptômes de la maladie

Ainsi, cette maladie va provoquer des signes très variés, tous en rapport avec l’influx nerveux. On constatera alors des troubles de la vue, des engourdissements des membres pouvant aller jusqu’à un manque de contrôle des mouvements, des troubles de la parole, de la mémoire, de la perception sensorielle en général…

En fonction des formes de la maladie, la sclérose en plaque symptôme va varier.

Les lésions font prendre des formes différentes. La forme rémittente touche le plus grand nombre de patients autour de 90%, et celle-ci débute par une succession de poussées et de rémissions de la maladie. Après plusieurs années, on atteint la forme progressive.

Celle-ci concerne moins de 10% des cas, et elle évolue de manière assez constante.

Celle-ci est la forme que l’on constate chez les patients les plus tardifs, autour de la quarantaine. Enfin, la forme secondairement progressive et une alternance des deux premières formes.

Quoiqu’il en soit, la sclérose en plaque évolution n’est pas vraiment prévisible. On ne sait pas vraiment combien de poussées seront constatées, et certaines formes semblent même être presque bénignes, atteignant assez peu le patient et ses fonctions. Chez d’autres en revanche, la SEP sera plus invalidante.