Combien de temps dure une poussée de sclérose en plaques ?

Mis à jour le :

Combien de temps dure une poussée ?

Si vous êtes atteint de sclérose en plaques, une question qui vous est sûrement déjà venu à l’esprit est « Combien de temps dure une poussée ? ».

Combien de temps dure une poussée de sclérose en plaques ?

Une poussée de sclérose en plaques dure au minimum 24 heures. Pendant cette période, les symptômes sont exacerbés. Cette période sera suivie d’une période de rémission pendant laquelle, la totalité, du moins une partie des nouveaux symptômes disparaîtront.

Continuer de lire pour en connaître plus sur les poussées de sclérose en plaques.

Qu’est-ce qu’une poussée de sclérose en plaques ?

Une période durant laquelle les personnes atteintes de SEP connaissent de nouveaux symptômes. Elle se défini par un ou plusieurs signes neurologiques survenant pendant plus de 24 heures, en absence de fièvre.

Ces signes peuvent être oculaires, lorsque le nerf optique est affecté (vision double, …), troubles de la sensibilité (fourmillements, …) moteurs (faiblesse musculaire d’un membre), troubles de la coordination des mouvements, des troubles de l’équilibre ou encore des troubles urinaires. Combien de temps dure une poussée? Une poussée peut durer plusieurs jours comme plusieurs semaines.

Une poussée de sclérose en plaques est provoquée par une lésion, au sein du système nerveux central (SNC), dans la myéline au cerveau ou à la moelle épinière. Lorsque cette lésion survient, de nouveaux symptômes se développent normalement sur des heures, voire des jours.

Les symptômes peuvent inclure engourdissements ou picotements, fatigue, problèmes de coordination, problèmes de la vision ainsi que des problèmes de vessie ou des intestins.

Comment reconnaître une poussée de sclérose en plaques ?

Les symptômes d’une poussée de sclérose en plaques peuvent être très variés, mais ils ont généralement un début abrupt et peuvent durer de quelques jours à plusieurs semaines. Les symptômes les plus courants sont les suivants :

  • Fatigue
  • Problèmes de vision (diplopie, vision embrouillée, …)
  • Douleurs musculaires et articulaires
  • Maux de tête fréquents
  • Troubles de la coordination
  • Problèmes de mémoire et de concentration
  • Dépression

Il est important de noter que les poussées de sclérose en plaques ne suivent pas toujours un schéma prévisible. Certaines personnes peuvent avoir des poussées très fréquentes et intenses, tandis que d’autres n’en auront qu’occasionnellement et de façon moins marquée.

De plus, les symptômes peuvent varier considérablement d’une poussée à l’autre, même chez un même individu.

Quelle est la durée d’une poussée de sclérose en plaques ?

La durée d’une poussée de sclérose en plaques peut varier considérablement d’une personne à l’autre. Une poussée peut durer quelques jours, quelques semaines ou même plusieurs mois.

Cependant, toutes les exacerbations ne sont pas dues à une poussée de SEP. Un stress fréquent dans le corps, tels que des infections, gastro-intestinales, infections des voies urinaires – ou simplement une poussée de fièvre due à un rhume ou une grippe, peuvent permettre de revivre des symptômes dus à une lésion neurologique antérieure.

Une pseudo-poussée ne nécessite pas exactement le même traitement qu’une poussée de SEP. C’est une question complexe. Votre neurologue devrait établir une distinction entre une poussée et une pseudo-poussée.

N’ayant vécu qu’une seule poussée, sans aucun symptôme, depuis le diagnostic et la médication (heureusement, la nouvelle plaque est dans une portion du cerveau que je n’utilise pas ! lol)… La première fois que l’on vit une pseudo-poussée, c’est vraiment flippant ! Mais, dans mon cas, aussitôt la fièvre disparue, tout est rentré dans l’ordre. Ou en fait, dans le même désordre qu’avant la poussée de fièvre.

Devrais-je me rendre à l’hôpital si j’ai une poussée ? Comment traite-t-on une poussée ?

En fonction de l’intensité de vos symptômes, vous devrez peut-être vous rendre à l’hôpital. À la clinique, vous pouvez trouver immédiatement une IRM et d’autres tests de diagnostic.

Dans mon cas, j’ai dû attendre plusieurs mois, mais bon… Le diagnostic prend parfois un certain temps ou plutôt un temps certain !

En règle générale, vous devriez vous rendre à l’hôpital lorsque vous avez un nouveau handicap physique important. Par exemple, vous devriez vous rendre à l’hôpital dans les cas où  vous pouvez plus voir, marcher ou utiliser vos membres.

Si vous visitez l’hôpital, vous pourriez y rester pour quelques jours. Vous pourriez également être autorisé à rentrer chez vous si vos symptômes s’améliorent. Si vous n’avez pas de handicap important, vous pourriez obtenir des tests de diagnostic en tant que personne externe, à condition que vous soyez étroitement surveillé par votre médecin.

Quels sont les principaux traitements d’une poussée ?

Les corticostéroïdes (souvent « solu-medrol ») constituent le principal remède à la poussée de la SEP. L’objectif du traitement est de minimiser les dommages causés par l’inflammation et de réduire la période de récupération. Le traitement normal comprend 3 à 5 injections de corticostéroïdes à forte dose.

Il est généralement suivi de 3 à 4 mois de « réduction progressive » avec des médicaments oraux. Cela implique de prendre des doses progressivement réduites de ce médicament avant la fin du traitement.

Des corticostéroïdes intraveineux à forte dose pourraient être administrés à l’hôpital ou dans un centre de perfusion ambulatoire. Les stéroïdes oraux à forte dose sont tout aussi efficaces et peuvent être obtenus à la maison, mais impliquent de prendre jusqu’à 20 comprimés par jour.

Certaines personnes présentent des symptômes neurologiques aigus et aigus à cause de la SEP mais réagissent mal aux corticostéroïdes. Ils doivent généralement être hospitalisés et peuvent recevoir un traitement à base de plasma pour 3 à 5 jours.

Ce traitement implique de filtrer le sang pour éliminer les cellules potentiellement dangereuses. Le traitement n’est pas utilisé chez la plupart des personnes atteintes de SEP.

Y-a-t-il des effets secondaires au traitement d’une poussée ?

Les effets secondaires des corticostéroïdes à fortes doses peuvent inclure des sautes d’humeur, des maux d’estomac, de l’insomnie et un risque d’infections. Les anomalies constatées lors des tests en laboratoire sont un autre effet secondaire potentiel et peuvent contenir une glycémie élevée et un nombre de globules blancs élevé.

Pendant le traitement par les corticostéroïdes, on pourrait également vous prescrire des médicaments pour la protection de l’estomac, pour aider au sommeil et pour prévenir les infections.

Y-a-t-il d’autres risques associés au traitement d’une poussée ?

Les traitements à court terme avec des stéroïdes à fortes doses comportent un risque minimal de problèmes de santé persistants. Cependant, le traitement régulier de la SEP augmente les risques de nombreuses maladies, notamment la diminution de la densité minérale osseuse, le prédiabète et le syndrome métabolique.

Cela met en évidence l’intérêt d’utiliser des traitements réguliers pour la SEP, également appelés traitements immuno-modulateurs (DMT « en anglais Disease Modifying Treatment » ), pour réduire les poussées de SEP.

De plus, les personnes diabétiques qui suivent un traitement à base de corticostéroïdes à forte dose devront peut-être être suivies à la clinique pour détecter d’éventuelles complications.

Une poussée prendra-t-elle fin d’elle-même ?

Sans traitement, les symptômes dus à une poussée de SEP s’améliorent normalement en quelques mois chez les personnes atteintes de sclérose en plaques récurrente. Par ailleurs, la reprise pourrait être complète et nécessiter davantage. Discutez avec votre neurologue des avantages et des risques du traitement.

Dans mon cas, je n’ai pas eu de traitement lors de ma première poussée. J’ai donc commencé mon premier traitement pour la sclérose en plaques 7 mois après ma poussée de SEP. Le plus gros de mes symptômes a donc mis environ 1 an à disparaître. Ne reste que la fatigue et les problèmes d’équilibre.

Généralement, combien de temps nécessite le traitement lors d’une poussée ?

Combien de temps dure une poussée ? Les remèdes à base de corticoïdes à forte dose réduisent le nombre de symptômes dues à la SEP en quelques heures à quelques jours. Si vos symptômes sont provoqués par une poussée de SEP, ils devraient se stabiliser en quelques jours. Vos symptômes pourraient disparaître au fil des semaines ou des mois.

Si ce n’est pas le cas, discutez avec votre médecin des prochaines étapes, qui pourraient consister en des tests et une thérapie supplémentaires.

À la suite d’une poussée, devrais-je changer de traitement ?

Si vous vivez une poussée de SEP dans les six mois suivant le début d’un nouveau traitement modificateur de la maladie, cela peut être dû au fait que le traitement n’a pas encore atteint son efficacité complète. Ce pourrait donc n’être pas considéré comme un échec du traitement.

Mais si vous rencontrez au moins deux rechutes confirmées de sclérose en plaques en un an ou si vous êtes victime d’une poussée entraînant une invalidité importante pendant le traitement, vous devrez réévaluer votre plan de traitement avec votre neurologue.

Le traitement d’une poussée varie-t-il selon les symptômes ?

Oui. En fonction du type et de la gravité des symptômes, vous pouvez obtenir des médicaments supplémentaires. Cela peut impliquer une thérapie physique, une ergothérapie ou une orthophonie.

Il peut également contenir des médicaments qui soulagent certains symptômes, notamment la douleur neuropathique, les crampes musculaires, les affections des intestins et des reins et la fatigue.

Ces remèdes sont personnalisés en fonction de vos propres symptômes et diminuent progressivement à mesure que les symptômes s’améliorent.

Autres recherches associées …

Est-ce que l’on meurt de la sclérose en plaques ?

Non, la sclérose en plaques n’est pas fatale, excepté dans des circonstances très rares. Et ce, seulement dans les cas très avancés de progression de la maladie, il est toutefois possible de mourir de complications liées à la SEP (y compris les infections ou la pneumonie) … En fait, les principales causes de décès dans la communauté de la SEP sont les mêmes que dans la population générale.

Comment évolue la sclérose en plaques ?

Après avoir vécu plusieurs années avec une SEP-RR récurrente rémittente, plusieurs personnes voient leur sclérose en plaques évoluer vers une SEP-SP secondaire progressive. Dans ce type, les signes et symptômes évoluent constamment sans rechutes ni rémissions.

Le changement se produit généralement entre 15 et 20 ans après le diagnostic de SEP poussées-rémissions. Pour en savoir plus, lire ‘sclérose en plaques : Comment évolue-t-elle ?

Références

Société canadienne de la SP

Photo of author
Atteint de la sclérose en plaques et diagnostiqué depuis 2014, je ne peux me résigner à imaginer que cette maladie soit incurable. Pour moi, la maladie pourrait possiblement être part du futur mais aussi n'être qu'un souvenir !