La ponction lombaire dans le diagnostic de la sclérose en plaques : avantages, risques et résultats

Mis à jour le :

Sclérose en plaques : La ponction lombaire

CLAUSE DE NON-RESPONSABILITÉ

Ce site est strictement un site d'informations sur la sclérose en plaques. Il ne fournit pas de conseils médicaux, de diagnostic, ni de traitements. Ce contenu n'est pas destiné à remplacer un avis médical professionnel, un diagnostic ou un traitement. Demandez toujours l'avis de votre médecin ou d'un autre fournisseur de soins de santé qualifié pour toute question que vous pourriez avoir concernant une condition médicale. Ne négligez jamais un avis médical professionnel ou ne tardez pas à le demander à cause de quelque chose que vous avez lu sur ce site Web.

Oui, la fameuse ponction lombaire qui fait peur ! ARGH… MYTHE ! Rassurez-vous, ce n’est plus ce que c’était.

Qu’est-ce qu’une ponction lombaire ?

Si vous cherchez un moyen fiable de diagnostiquer certains problèmes de santé, la ponction lombaire (rachicentèse) est peut-être votre meilleure option. Elle est effectuée dans le bas du dos et consiste à insérer une aiguille entre deux vertèbres de votre colonne vertébrale pour recueillir le liquide céphalo-rachidien qui sert de couche de défense supplémentaire autour de votre cerveau et de votre moelle épinière.

La ponction lombaire est un outil de diagnostic inestimable pour découvrir une variété d’affections graves, de la méningite au syndrome de Guillain-Barré et à la sclérose en plaques. Elle peut également être utilisée pour détecter des saignements ou des cellules cancéreuses dans le cerveau ou la moelle épinière.

En outre, elle peut être utilisée comme moyen d’administrer des médicaments d’anesthésie et de chimiothérapie directement dans le liquide céphalo-rachidien.

Pourquoi fait-on une ponction lombaire ?

Une ponction lombaire (rachicentèse) peut être utilisée pour :

  • Prélever du liquide céphalo-rachidien pour rechercher d’éventuelles traces d’infection, d’inflammation ou d’autres maladies.
  • Mesurez avec précision la pression du liquide céphalo-rachidien pour obtenir des résultats optimaux.
  • Administrer des anesthésiques rachidiens, des médicaments de chimiothérapie ou d’autres médicaments par injection
  • Les techniques d’imagerie, telles que la myélographie ou la cisternographie, sont utilisées pour visualiser l’écoulement du liquide céphalorachidien en injectant un colorant ou une substance radioactive dans le liquide.

L’exploitation des données obtenues par une ponction lombaire peut aider au diagnostic :

  • Les infections bactériennes, fongiques et virales potentiellement mortelles telles que la méningite, l’encéphalite et la syphilis.
  • Une hémorragie sous-arachnoïdienne est une affection souvent grave qui se produit lorsqu’un vaisseau sanguin du cerveau se rompt, provoquant un saignement autour du cerveau.
  • Les cancers qui touchent le cerveau ou la moelle épinière sont particulièrement difficiles à traiter.
  • La sclérose en plaques et le syndrome de Guillain-Barré sont deux des nombreux troubles inflammatoires qui affectent le système nerveux.
  • Des maladies auto-immunes
  • La maladie d’Alzheimer et les autres troubles cognitifs dégénératifs

Est-ce qu’un ponction lombaire est douloureuse ?

Non, la ponction lombaire ne fait pas mal. C’est désagréable, tout au plus. Ne paniquez surtout à cause de ce que l’on nous montre à la télé, on nous montre la personne faisant une grimace, se retenant pour ne pas chialer tellement c’est douloureux.

C’est de l’histoire ancienne !

Maintenant :

  1. Nous sommes couché sur le côté, le dos arrondi
  2. Une première piqûre désensibilise la zone
  3. Le neurologue attend quelques minutes
  4. Puis une deuxième piqûre un peu plus profonde, désensibilise encore plus en profondeur
  5. Finalement, c’est la ponction lombaire qu’on ne sent même pas

Mon expérience personnelle.

Je me couche sur le côté, le dos arrondi, le neurologue fait la première injection pour désensibiliser la zone. Oui, celle-là pique un peu. Un léger inconfort, mais sans plus.

La deuxième, je l’ai à peine senti.

Puis là, quand le neurologue est revenu, je me préparais au pire… « Ça va faire mal… Ça va faire mal… Bon, il va sûrement piquer bientôt… » Puis son assistante entre dans le bureau, « Quelle quantité de liquide dois-tu prélever ? » « C’est terminé ! » Quoi … Terminé … Moi qui m’attendais que ça commence bientôt.

Quelles sont les conséquences d’une ponction lombaire ?

Il est possible de souffrir de maux de tête, le temps que le niveau de liquide céphalo-rachidien soit rétabli.

En de très rare occasions les conséquences peuvent être plus graves. Si la personne bouge durant la ponction ou si le neurologue commet une erreur.

Mais entre vous et moi, une épidurale lors d’un accouchement, alors que la maman est en douleur et a des contractions, est beaucoup plus risquée ! Et des tonnes d’épidurales sont pratiquées chaque année sans problème …

VOUS ÊTES FORTES LES MAMANS !

Crédit photo :

« Blausen 0617 LumbarPuncture » by BruceBlaus. When using this image in external sources it can be cited as: Blausen.com staff (2014). ‘Medical gallery of Blausen Medical 2014’. WikiJournal of Medicine 1 (2). DOI:10.15347/wjm/2014.010. ISSN 2002-4436. is licensed under CC BY 3.0 .

Photo of author
Atteint de la sclérose en plaques et diagnostiqué depuis 2014, je ne peux me résigner à imaginer que cette maladie soit incurable. Pour moi, la maladie pourrait possiblement être part du futur mais aussi n'être qu'un souvenir !